Bois de cerf à gogo

Mes amis naturalistes m'ont fait rencontrer un autre passionné de nature. Saison après saison, il parcourt les forêts proches de chez lui, observe et recense les populations de cervidés et collecte les mues qu'il identifie et classe ensuite. Autant dire que sa maison est trop petite pour contenir toutes les mues accumulées durant des années! Il m'a fait le plaisir de m'en offrir quelques-unes que j'ai même eu le plaisir de choisir. Les andouillers bien droits sont en effet rares et tous les bois ne conviennent pas à la réalisation d'un manche d'Opinel. J'en ai ramené un plein coffre de voiture!

Img 2614pt

J'ai promis de le payer en couteaux! Celui-ci est pour son fils qui préférait un plein manche. L'andouiller que j'ai choisi a la forme parfaite et le calibre idéal.
Je n'ai quasi pas dû réduire le diamètre à hauteur de la virole. J'ai juste agrandi le cran du sûreté du Virobloc.

Img 2616pt

Img 2618pt

Sur un modèle plein manche en bois de cerf ou en corne, la difficulté essentielle est de bien centrer et de creuser correctement le logement de la lame. J'ai récupéré un support réglable de laboratoire de chimie sur lequel j'ai fixé un étau de foreuse colonne. J'y fixe bien fermement le talon du manche en veillant à ce que la ligne que j'ai tracée sur le manche soit bien horizontale. Avec une petite scie ciculaire montée sur la foreuse colonne, je creuse d'abord la tête du couteau puis j'entame le logement sur le manche.
Je fixe ensuite le manche ventre en l'air dans l'étau et termine la fente au Dremel. Cette technique me permet d'obtenir une fente bien droite.

Img 2621pt

La seule décoration est un guillochage ronce sur la moitié de la lame.

Img 2617pt

Le second couteau, destiné au papa, aura la forme d'une pointe de corne, des platines et un faux ressort en inox et des plaquettes en bois de cerf.
Je vous le ferai découvrir en photo dans quelques jours.